dimanche 16 avril 2017

Je ne sais pas quoi penser de « 13 rasons why »

« 13 rasons why », c’est la série Netflix du moment dont tout le monde a forcément déjà entendu parler, sous réserve que vous disposiez d’une connexion à internet (d’ailleurs vous ne seriez pas là à me lire si ce n’était pas le cas). 
 

Comme beaucoup, je l’ai regardée intégralement peu après sa sortie sur la fameuse plateforme de séries, et je dois dire que même si j’ai pas mal de choses à redire sur la thématique de la série (càd le suicide et la façon dont il est abordé), je n’ai pas pu m’arrêter dans ma progression avant d’en avoir vu la fin. Autant le dire, donc, c’est une série accrocheuse et qui sait captiver, notamment de par le découpage de ses 13 épisodes, choisissant de révéler chacune des 13 raisons de Hannah Baker de mettre fin à ses jours, mais également sur chacun des rôles joués par son entourage au lycée dans cette décision tragique.

Ceci étant dit, je dois tout de même reconnaître qu’un sentiment de gêne grandissant m’habitait pendant toute la visualisation de « l’œuvre ». Un peu comme une impression d’imposture, quand on lit ou regarde quelque chose et qu’on ressent un manque de sincérité de la part de celui qui raconte. Ici en l’occurrence, de la part de ceux qui ont réalisé la série.

J’ai eu l’impression qu’on nous disait que c’était cool de se suicider et de laisser ces cassettes culpabilisantes en guise de vengeance envers ceux qui nous auraient poussé à bout. Pourquoi culpabilisantes ? Parce qu'elles semblent toutes dire que ces personnages auraient dû faire quelque chose, auraient pu faire quelque chose.

Dangereuse impression, n’est-ce pas ? 

Les thèmes sont d’actualité et sont importants à aborder, surtout sur le format des séries TV qui touche justement à une population très à risque de harcèlement poussant au suicide : les adolescents.

Ayant vécu du harcèlement scolaire et un suicide dans mon entourage, je me permets cependant de dire que les thématiques ne sont pas bien abordées ou donnent un message flou sur ces questions. Hannah Baker n’est pas censée paraître aussi badass et au dessus de tout. On la voit menant son projet de cassettes, accusant, reprochant, romançant chaque « raison », les rendant légitimes, rendant son suicide comme étant la chose à faire, sa vendetta personnelle.

Une personne qui choisi de se suicider et y arrive était déterminée, ça c’est sûr. Mais cette vision là du suicide, comme une arme, un poing levé contre le harcèlement, quelle idée ? 
 
Le suicide n’est pas une solution au harcèlement scolaire, c'est la solution qu'a trouvé un esprit torturé et poussé à bout, hors c'est ainsi que j'ai l'impression que c'est présenté... cette idée qu'il faut qu'il y ait passage à l'acte pour qu'on s'intéresse au harcèlement... et que c'est par la culpabilité qu'on peut régler le problème...

Ensuite on voit tous les autres personnages culpabiliser, se sentir comme des meurtriers, reporter la faute sur d’autres, et par la même, se rapprocher, se réunir, tenter de trouver une solution ensemble pour s’en sortir (càd ne pas compromettre leur avenir, leur situation familiale ou quoi).

Un suicide qui aurait donc servit à créer des liens improbables entre les « harceleurs », les aurait donc réunis autour d’un même but : cacher la vérité/s’en sortir.

Ai-je vraiment besoin de commenter cela ? Certaines des « raisons » de Hannah Baker sont plus que discutables d'un point de vue extérieur (pour éviter de spoil je n’en dirai pas davantage), d'un point de vue intérieur je pense que c’est son esprit d’adolescente torturée (elle subit énormément et donc son esprit l’enferme progressivement et complètement dans une vision erronée de sa réalité, comme ce pourrait être le cas pour n’importe qui d’autre dans une situation de souffrance sans échappatoire apparente) mais la série ne tente pas vraiment de rétablir la réalité des faits, elle mure les autres personnages dans une culpabilité plus ou moins méritée (jugée en tout cas comme plus ou moins méritée, par Clay notamment, on revient sur lui un peu plus tard) alors que non, les éléments qui mènent à un suicide sont bien plus complexes que cela et Hannah y joue elle-même un rôle. Mais cet aspect là n'est pas abordé, celui de la psychologie du personnage qui en vient au suicide. 

Elle est effrayante, Hannah. Elle est déterminée. Elle est rongée. Elle veut se venger. C’est tout ce que j’ai ressenti d'elle. Et pourtant c’est aux autres personnages de porter la faute et de s’en vouloir.

C’est un peu comme si c’était elle qui harcelait les vivants. Sans en oublier ses parents qui sont complètement abattus et laissés dans le flou, également punis par Hannah puisqu’elle ne leur a laissé aucun message.

Pourquoi avoir choisi de traiter ainsi le thème du harcèlement scolaire et du suicide ? On en vient à se demander si la victime est réellement victime (dérive très présente dans la société par ailleurs), n'aurait-il pas été préférable d'éviter cela et, pour ce faire, de développer la psychologie d'Hannah au lieu de nous la présenter simplement comme un personnage vengeur sans pitié (cf les détournements sous le hashtag #WelcomeToYourTape) ?

Je ne peux pas parler de Clay Jensen sans risquer d’en dire trop sur certains aspects clés de la série. La vérité, en tout cas, devient son obsession. Et il se fait limite garant de celle-ci, cherchant à faire justice pour Hannah. Il n’est plus non plus dans la réalité, il entre dans la spirale dangereuse de ces cassettes, il les subit et en même temps il ne peut pas s’en empêcher, il doit aller jusqu’au bout. Mais la « justice » pour laquelle il se bat est discutable selon les personnages. Certains ont juste le défaut d’être humain et on ressent ça parce que la série nous les présente comme sympathiques. D’autres méritent réellement d’être poursuivis en justice, ils sont présentés comme froids, inhumains. Cependant tous sont mis dans le même sac, par Clay, et il se met lui-même dans ce sac là… par la faute de ces cassettes.

NON L’AMOUR NE SAUVE PAS DU SUICIDE. Bordel. Quelle idée de mettre de la romance post mortem, ça me glace complètement.

En somme, cette série va dans tous les sens et donne de fausses idées concernant les raisons qui poussent au suicide et la culpabilité que devrait avoir les ennemis et les amis du suicidé. C’est difficile de savoir où se placent les réalisateurs dans l’histoire : est-ce qu’ils sont de l’avis de Hannah, validant ces 13 raisons, ce harcèlement post mortem (qui, à mon sens et au vu de son niveau, notamment du côté de l’effet dévastateur qu’il a sur Clay, pourrait éventuellement pousser au suicide en série) ? Est-ce qu’ils sont du côté de Clay, validant son sentiment ultime de culpabilité dangereuse, son implication malsaine dans la recherche de vérité ? Est-ce qu’ils sont du côté des autres personnages, si oui desquels, car leur impact sur la décision de Hannah est clairement différente… ? Quel est leur réel positionnement concernant le harcèlement (des lycéens à l'encontre de Hannah et et Hannah à l'encontre des lycéens), le suicide en réponse à celui-ci ?
 
C’est un bordel monstre. C’est un bordel monstre.

Et ça me met mal à l’aise à l’idée de partager cette série, car l’interprétation qu’on en ferait pourrait avoir des conséquences désastreuses. Le message de la série est flou concernant le suicide d'Hannah, les idées sont immatures (parce qu’il s’agit de lycéens ?).


L’avez-vous regardée ? Qu’en pensez-vous ? L’avez-vous recommandée et si oui pour quelle raison ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !