vendredi 17 juillet 2015

La symbolique de la coupe de cheveux

Depuis trois ans, pour moi, le début de l'été rime avec coupe de cheveux : j'échange mes longues mèches contre une coupe plus aérée, plus légère, idéale à porter avec la chaleur. Mais ça ne fait que quelques semaines que je commence à réfléchir au sens caché de ce petit rituel qui s'est instauré au fil du temps. Je partage donc cette réflexion avec vous aujourd'hui... 

photo : source

❥ Pourquoi se couper les cheveux ?

En effet, si vous suivez comme moi la série Game of Thrones, vous aurez remarqué que dans la première saison, le peuple Dothraki porte un véritable culte à la longueur de la chevelure (des hommes de la tribu, notamment). Cette idée n'est pas sortie de nulle part : dans certaines cultures, ainsi que dans le passé, les cheveux sont considérés comme une partie importante de nous-mêmes. Le fait de se couper les cheveux peut alors être vu comme une punition qu'on s'inflige ou que l'on inflige, voire même à un signe d'esclavage. 

Aujourd'hui, les cheveux, comme les vêtements, suivent une certaine mode, et il est d'usage de se couper fréquemment les cheveux, même si ce n'est que pour se débarrasser des pointes abimées de ceux-ci et en favoriser la pousse. 

❥ Est-ce que ça peut avoir une symbolique ? 

Apparemment, on se couperait souvent les cheveux pour "marquer le coup". Marquer un tournant de sa vie, en quelque sorte. Changer de tête, c'est comme appuyer sur la touche F5 de son ordi, on prend un nouveau départ. Au fil de ma lecture sur le sujet, j'ai pu découvrir qu'il était d'usage de permettre aux personnes dépressives de se faire faire une nouvelle coiffure, et que c'était plutôt banal de se couper les cheveux notamment après une rupture amoureuse ou encore la perte de son travail. Du moins chez les adultes. Les adultes auraient donc tendance à vouloir se signifier qu'ils sont en phase avec eux-mêmes, tandis que les ados y verraient davantage une réappropriation de leur corps par rapport à leurs parents. 

Quand j'y pense, ma première vraie coupe de cheveux, sur ma propre initiative, a été plutôt tardive, et même concomitante avec une espèce de crise d'adolescence retardée, pendant laquelle je n'arrivais plus vraiment à mettre le doigt sur ma vraie personnalité. 

Donc, surtout chez les femmes, on a tendance à ne pas aller se couper les cheveux de manière anodine. Cette année scolaire, j'ai eu quatre grandes phases capillaires :

– La phase cheveux mi-longs, classiques. 
– La phase tie and dye.
– La phase carré long légèrement dégradé.
– La phase carré plongeant et frange, actuelle.

Et, en y réfléchissant un minimum, j'arrive à retracer les raisons qui m'ont poussé à aller me couper les cheveux ou à changer de style capillaire à chaque fois. 

– Une envie de profiter de mes vacances improvisées avec ma meilleure amie au maximum, et de me détacher de l'année en cours.
– Une envie de me signifier que je pouvais toujours être jolie, et que je n'allais pas me laisser abattre. 
– Une envie de vivre la fin de mon année scolaire comme étant plutôt libératrice, en coupant très court, cette fois, et en changeant radicalement de forme.

A chaque fois, le passage chez le coiffeur m'a permit de me sentir un peu mieux dans ma peau, plus jolie, plus entretenue, plus sûre de moi-même. C'est une espèce d'euphorie post-coiffure qui dure quand même un certain temps, et plus on change du style habituel, plus ça dure. 

Je ressens moins le besoin de me maquiller : je pensais que c'était dû au fait que la chaleur n'était pas propice au maquillage, mais je ne me contente plus que d'un trait de liner et quelques soins. J'ai moins besoin d'en faire pour me sentir bien, car les cheveux constituent tout de même une grande partie de notre style, et dès lors que notre style capillaire nous plait, on est satisfait à plus de 60-70% de notre look. 

Ainsi, le passage chez le coiffeur serait vraiment bénéfique lorsque l'image de soi est fragilisée ("réparation narcissique" selon une psychanalyste, Sylvie Consoli).

❥ Et donc ça a une grande importance psychologique.

C'est important de pouvoir s'approprier sa propre image, de pouvoir la manipuler comme bon nous semble. Je mettrais facilement ça en parallèle avec le fait de tenir un blog ou un journal intime. On s'approprie notre propre histoire par l'écrit, on lui donne les tons qui nous plaisent, qui nous rassurent, qui nous font nous sentir confiants par rapport à l'image qu'on a envie de véhiculer aux autres et à nous-mêmes. 

Le fait de pouvoir s'habiller comme il nous plait, mais surtout se coiffer comme il nous plait, c'est la même chose. On a un certain pouvoir là-dessus, ce qui nous permet de savoir où l'on se situe et de pouvoir prendre du recul, par exemple. 

❥ Ainsi, la coupe de cheveux aurait quelque chose à révéler sur nous-mêmes. 

On se souvient toutes de la coupe garçonne d'Emma Watson. Qu'est-ce qu'une coupe garçonne peut révéler sur nous ? Une envie d'indépendance, d'action. Que peut révéler alors une couple longue ? Un dégradé ? Un carré rigide ? Une coupe bohème effet saut-du-lit ? 

On choisit sa coupe de cheveux en fonction de sa personnalité du moment, on a envie qu'elle colle avec ce qui nous caractérise le plus. Ce n'est pas un hasard, même si ça peut-être plus ou moins inconscient. D'ailleurs, de manière générale, dans l'esprit des gens, le court est considéré comme étant le mature, la prise de position, tandis que le long correspond à l'innocence, à la féminité. C'est donc ce que ça nous renvoie, plus ou moins inconsciemment, et c'est intrinsèquement lié aux codes sociaux, à l'histoire et à l'évolution de la mode. 

A l'inverse, une personne qui ne s'entretient plus du tout, qui ne se regarde plus dans la glace, ... C'est un comportement qui dénote un certain mal-être. Un peu comme un déni de nous-mêmes. 

❥ Ca marche aussi pour les simples coiffures. 

Queue de cheval, chignon serré ou lâche, cheveux lâchés ou tressés... On pourrait tout analyser sur notre lancée, mais je pense que vous avez compris le message. 

❥ Quelques exemples d'analyses :


Michel Oudoul, Rémy Portrait, dans “Cheveu, parle-moi de moi” (Dervy, 1997) :
Le front découvert, avec les cheveux coiffés vers l’arrière : volonté d’aller de l’avant.
La raie au milieu : signe d’une volonté d’équilibre intérieur entre le yin et le yang, l’anima et l’animus, le féminin et le masculin. La raie à gauche ? Tentative de couvrir le féminin en soi. A droite ? Difficulté à accepter le masculin en soi.
La frange : la peur de se dévoiler ou une certaine timidité. Longue, épaisse, courte ou effilée, chaque type de frange évoque le niveau de protection dont la personne a besoin.
La nuque dégagée : partie cachée, la nuque représenterait le moi profond. En la dévoilant, on se montre tel que l’on est.
Les tempes dégagées : synonymes d’ouverture, elles permettraient d’agrandir son regard sur soi ou sur le monde. Tempes couvertes ? Personne intériorisée qui a du mal à se livrer.

Les sources de cet article : x x x 

Et vous, quel est votre style capillaire du moment et qu'est-ce que ça révèle de vous-mêmes ? 

En conclusion, le fait de prendre la décision de se couper les cheveux, c'est une preuve d'envie de changement, de coller davantage à sa personnalité profonde, d'avancer, en quelque sorte. On dit souvent que la coquetterie est quelque chose de superficiel et non nécessaire... c'est bien la preuve que ce n'est pas le cas, que, pour se sentir bien dans sa peau, ça passe aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. 

Je ne peux que vous souhaiter à tous de rayonner dans votre style et de toujours vous épanouir dans cet aspect de votre personnalité. Pour ma part, je ne fais que prendre conscience de cette dimension (j'ai déjà parlé du fait que je m'initie au shopping régulier, en laissant la version économe de moi-même au placard l'espace d'un temps). Je vous tiendrai au courant des avancées de ma resynchronisation avec moi-même ;). 

PS : Pourquoi cet article ? Parce que j'aime beaucoup ma dernière coupe de cheveux, que j'ai eu envie de marquer le coup en la faisant, parce que j'ai envie qu'à partir de maintenant, je sente une certaine différence qui me mette plus à l'aise avec moi-même et mes envies. Pour voir ma coupe, il suffit de jeter un oeil sur mon compte instagram !

Love always, 

8 commentaires:

  1. C'est marrant, comme un tel sujet peut paraître léger, presque sans intérêt, alors qu'il fait réfléchir. Le temps de lire ton article, j'ai réalisé une chose de plus sur moi - chose que je réalise dans tout plein d'autres domaines, toujours la même : je ne veux pas être une fille. Je commence à l'accepter doucement. Explication : à 8 ans, je me suis coupée les cheveux "comme Emma Watson". Depuis, mon rituel était de les laisser pousser jusqu'aux épaules puis de les couper courts à nouveau, et quand mes cheveux étaient aux épaules, ma raie était sur le côté ... gauche ! [Couvrir le féminin en soi... Je n'y aurais pas pensé toute seule.]
    Ça va faire plus de deux ans que je ne me suis pas radicalement coupé les cheveux. J'ai fait des pseudo-carrés, mais juste pour raccourcir un peu. Est-ce par manque de temps ou alors parce que j'ai décidé de me poser les bonnes questions ? Est-ce que j'attends l'idée de coupe idéale ? (Je me pose aussi des questions sur la couleur -- mais tu as dû déjà le lire quelque part ;) )
    Toujours est-il qu'il va falloir qu'un jour j'accepte le féminin en moi. Notons qu'actuellement mes cheveux sont coiffés vers l'arrière !
    Ps: c'est fou comme une coiffure change un visage, chaque photo de toi sur instagram est celle d'une personne différente ^^ (et ta coupe est chouette)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui exactement, c'est ce que je me suis dit au fil de mes découvertes... d'où l'envie d'en parler ! On en apprend plus sur la face cachée de soi-même.

      Ouais je trouve aussi que mes coupes me changent beaucoup... je suis sûre qu'on ne me reconnaitrait pas facilement dans la rue, m'enfin c'est ce que je voulais aha.

      Supprimer
  2. Ah oui bien sur que ça a une symbolique ! Je ne décide jamais de couper radialement mes cheveux sauf quand il y a une nouvelle page à écrire.
    La dernière fois c'était en septembre. 2 jours après avoir passé l'examen du barreau je disais adieu aux cheveux aux omoplates et bonjour au retour du carré plongeant asymétrique. Je savais que c'était pour partir sur autre chose que je coupais et que je ne recouperai pas la forme ensuite, je les laisserai repousser.
    Sinon je suis plus fin d'été si je dois changer de tête car passer au plus court avec des cheveux qui ondulent et en habitant près de la mer ... merci les embruns et l'eau salée pour ressembler à un mouton :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah je vois ! C'est vrai qu'avec la mer, c'est pas aussi simple de prendre des décisions capillaires :p. Mais comme toi, les changements radicaux apparaissent lorsque j'ai envie de tourner la page sur un bout de ma vie et commencer un nouveau chapitre. En ce moment, chaque année est un challenge, mais peut-être que j'essaierai de les garder plus longs à partir de cette année... c'est à voir !

      Supprimer
  3. Et ta nouvelle coupe te va très bien :)

    RépondreSupprimer
  4. Très bonne analyse, effectivement, la coupe de cheveux n'a rien d'anodin. Malheureusement quand on a les cheveux volumineux et bouclés comme moi, les options sont limitées, le conseil des coiffeurs : un dégradé mi-long ! Cependant, j'avoue que je peux toujours jouer sur la couleur et les coiffures :) Profites du plaisir de changer de tête, surtout en été ça fait du bien et ça allège l'esprit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Oui, c'est vrai que c'est pas donné à tout les types de cheveux, bien que l'envie ne doit pas manquer ! Pour ma part, la longueur trop importante aplati complètement mes cheveux, ils perdent beaucoup en volume et ils sont impossibles à coiffer de manière sophistiqué, car tout glisse (les épingles, les élastiques...). Je compte peut-être les laisser pousser davantage cette fois pour voir ce que je peux en faire... mais ça dépendra sans doute de ce qu'il se passe dans ma vie :p

      Supprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !