mercredi 19 mars 2014

Being single, whatever

(Cet article est en reconstruction)

Y a des choses qui ne changent pas. Des rapports aux choses qui restent les mêmes quoi qu'il advienne, quand bien même on s'évertuerait à moduler l'inconnue x de l'équation. J'comprends bien que je ne vivrai jamais le type de relation que j'envie parfois au sein des autres couples. Je n'ai d'ailleurs jamais vécu quelque chose de semblable. C'est le genre d'événement qui entre dans ma vie comme une goutte de nitroglycérine. Explosion de passion, et puis débris d'après guerre. C'est là où j'en suis, en ce moment. L'after

C'est tellement traitre quand tes narines frétillent au doux parfum fleuri du flirt. Au début c'est toujours un peu tout rose, tout excitant, voire cerclé des chaînons de l'interdit. C'est tellement attrayant, c'est vrai. C'est tellement traitre que j'ai fini par l'assimiler et ne plus être aussi réceptive aux voluptés. J'deviens pas difficile, j'deviens inaccessible. Comme si ça n'était plus de mon âge, comme si je ne buvais plus de ce thé là. 

J'me comprends et m'accepte, en quelque sorte. J'n'entends plus forcer quoi que ce soit d'advenir envers et contre tout. Ces histoires se terminent toutes de la même manière, et je connais cette fin avant même que ça ait commencé. Je n'en ai plus envie. Je ne suis plus du tout attirée. J'ai un peu peur que ça tourne à l'aversion totale, mais voilà, c'est le stade où ça en est, à peu près. 

Ca fait partie du fait que j'commence vraiment à savoir ce que je veux -- ou plutôt et surtout ce dont je ne veux pas. Et je ne veux plus me rebeller contre mon propre système. J'sais très bien ce que j'attends de la vie, ce que j'attends des gens qui entrent dans la mienne. J'n'ai vraiment plus envie de goûter les saveurs des alentours, ce qui fleurit sur ma propre voie devra me contenter, et je me montrerai beaucoup plus attentive à tout ce qui constitue mon petit monde de vieille ado. 

L'amour, je l'ai jamais trouvé. Mais j'me suis beaucoup perdue en le cherchant. Inutile de gaspiller davantage de temps, si les choses sont réellement écrites, il saura où me trouver. 


samedi 1 mars 2014

Ce soir, c'est limpide

Tu sais, y a de ces soirs où tu as l'impression d'avoir toujours eu les réponses. Ce soir, c'est limpide. J'ai l'impression que tout est facile. J'ai l'impression que tout est possible. J'ai l'impression de me voir et de voir mon monde. De voir l'engrenage de tout ce bazar qui prend tout son sens. C'était toujours ce sentiment, que je recherchais. Ce sentiment d'avoir une emprise sur ce qui m'échappe. C'est ce sentiment que je cherche quand je range pour la mille-et-unième fois ma chambre, à la recherche d'un truc qui serait pas à sa place. C'est ce sentiment que je cherche quand je tourne en rond chez moi en attendant que l'eau arrive à ébullition pour le thé. 

Ce soir, ça m'apparait. J'ai l'impression que j'ai pas ressenti ça depuis une éternité. Ce petit truc qui te donne l'impression de savoir ce que tu fais, de savoir ce que tu veux. De quoi sera sans doute fait ton lendemain. 

Je sais pas si c'est parce que j'ai assez dormi ou que j'ai réussi à mettre au clair la plus grosse embrouille familiale de tous les temps. Mais là, ce soir, j'ai l'impression d'avoir mon âge. J'ai l'impression d'être en phase. Comme si la lune était parfaitement calibrée avec la terre. J'ai l'impression de savoir qui je suis, même si c'est indescriptible verbalement. Je vois mon reflet différemment, vraiment comme si la nana qui se tenait là avait un véritable présent. 

Je vais vous avouer que plus le temps passe, plus j'ai l'impression que mes sujets, sur ce blog, se tarissent. Les anciens articles ne sont plus du tout d'actualité, ils ne sont plus du tout là pour être lus. Ils servent juste un peu d'étalonnage dans mon avancement personnel. Je dois avouer que je vois de moins en moins l'intérêt de regarder en arrière. Je vois mon avenir comme il pourrait être si je décidais finalement de vivre pleinement mon présent. C'est peut-être d'un narcissisme énorme, mais j'crois bien que c'est à ça que j'm'adonnais toutes ces années où j'avais un blog. Au début, je pouvais pas vraiment mettre les mots dessus. Par la suite, je me suis beaucoup perdue. Perdue moi-même et perdu de vue mes objectifs. Aujourd'hui, je repars en phase. Y a-t-il réellement eu du mouvement entre hier et aujourd'hui ? Je pourrai jamais le dire. Ce qui est sûr, c'est que je me sens mieux. Et, ayant finalement réglé une partie de mes propres conflits internes, j'peux finalement me focaliser sur autre chose. J'regardais beaucoup mon nombril, je sais. J'me soignais. J'me surveillais. Je ne pense plus que ce soit très utile. 

Y a des affaires qui finissent par se ranger toutes seules. J'dis pas que c'est la fin, mais que c'est le début. Ce blog, j'arrête d'essayer de lui trouver un sens et de me donner des obligations. Il me représentera le mieux, comme ça. 

J'abandonne plein d'idées pour me concentrer sur celles qui ont toujours été fondamentales mais qui ont un peu été occultées par tout le reste. Je sais pas si on me comprendra, mais voilà, tout est dit.

Bref, c'était ma pensée de ce soir. Bonne nuit.